Journée nationale de l'architecte dans la presse Nationale

Mohammed BEROUAL, In l'opinion, 17 Janvier 2016

C’est un ton innovant que viennent d’adopter les architectes à l’occasion de la célébration de leur journée nationale le 14 janvier. Cette journée qui coïncide cette année avec la commémoration du 30ème anniversaire du discours historique, adressé par Feu Sa Majesté le Roi Hassan II aux architectes le 14 janvier 1986 à Marrakech. Qui coïncide également avec la célébration du 10ème anniversaire de la lettre Royale, adressée par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, les architectes l’ont voulue une journée festive, mais surtout une rencontre entre les citoyens, les décideurs et les architectes à travers l’organisation du Festival de l’architecture en partenariat avec le ministère de l’Urbanisme et de l’Aménagement du territoire.

Sous le thème « Architecture du Maroc : identité et créativité », le coup d’envoi de cette 1ère édition du Festival de l’architecture (14 au 19 janvier 2016) a été donné jeudi 14 janvier au théâtre Mohammed V, en présence du chef du gouvernement, M. Abdelilah Benkirane, de plusieurs membres du gouvernement, de M. le wali de la région, de hautes personnalités de l’administration, des élus, des architectes, de représentants de délégations étrangères et de plusieurs invités. Cette rencontre, qui est placée sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi, s’assigne entre autres objectifs de revisiter la richesse et la diversité du patrimoine architectural multiséculaire marocain, mettre en exergue les différentes phases de l’Histoire de l’architecture marocaine, pour connaître son passé, comprendre son présent et mieux mettre en perspective son avenir, et, également, promouvoir, sensibiliser et célébrer l’architecture marocaine. Des axes qui sont revenus en force à travers les allocutions faites avoir bien par le chef du gouvernement qui a beaucoup insisté sur la nécessité d’un aménagement du territoire efficient, valorisant pour notre patrimoine mais ouvert sur les innovations et les nouveautés induites par le phénomène de la mondialisation. Dans son approche, il a appelé à plus de mobilisation et de resserrement des rangs autour des questions d’intérêt pour notre pays et afin de favoriser des espaces économiques, des espaces sociaux et de vie intégrés, des structures urbaines, péri-urbaines vivaces et dynamiques, des espaces qui soient en mesure de répondre aux défis de la croissance urbaine et de développement humain. Une approche en droite ligne des Hautes Orientations de Sa Majesté le Roi Mohammed VI qui, dans son message aux participants à la journée nationale de l’architecture en 2006, avait souligné que : « …les opérateurs du secteur, particulièrement les architectes, qu’ils exercent leur art dans le public ou dans le privé, ont un rôle central à jouer dans l’édification et la modernisation de la qualité du cadre bâti dans notre pays et dans la préservation et l’amélioration de son patrimoine architectural, pour un développement économique et social durable ». Pour sa part, le ministre de l’Urbanisme et de l’Aménagement du territoire a souligné, quant à lui, que l’organisation de ce festival est une occasion pour revisiter notre patrimoine pour en tirer les bons enseignements, afin de les intégrer utilement dans le rehaussement de la qualité et le confort de notre cadre bâti. Aujourd’hui, tout un chacun admet que les professionnels du secteur ont la lourde responsabilité pour contrebalancer les tendances globales souvent sources de dysfonctionnements constatés, et ce, par instigation de nouvelles idées, répartition, incitation,…pour qu’in fine, favoriser l’instauration, sur l’ensemble du territoire national, d’une armature urbaine plus rationnellement répartie entre les diverses zones, plus équilibrée du point de vue des fonctions urbaines, et plus équitable. Bien des axes de travail majeurs qui appellent implication, coordination et convergences d’approches des acteurs et des intervenants et dont l’architecte joue un rôle moteur à travers l’élaboration de plans pratiques pour résoudre les problèmes qui se posent. Des challenges de taille que le 1er festival de l’architecture entend relever, car il est l’occasion de promouvoir le patrimoine architectural marocain, faire connaître les réalisations architecturales contemporaines et mettre en perspective l’architecture nationale au regard des défis actuels et futurs.