Article in l'Opinion : Les architectes de la région Meknès-Tafilalet entament le grand ménage dans leurs rangs

Architectes se contentant d'apposer leur
signature, intermédiaires sans scrupule, citoyens abusés, concurrence déloyale,
exercice illégal... les maux ne manquent pas pour qualifier aujourd'hui les
déboires que connaît la profession d'architecte dans toutes les régions du
Royaume notamment à Meknès-Tafilalet, ceci sous tous les points de vue. Le
conseil nouvellement élu ayant hérité d'une situation plus que désastreuse a
désormais fait de la lutte contre l'informel son cheval de bataille et son
principal sujet de combat.

«Toute bataille devant commencer par un assainissement en interne, le
Conseil de l'Ordre a mis en place dès le vendredi 17 octobre 2014 une
commission qui a commencé à instruire les cas de huit architectes ayant fait
l'objet de plainte notamment pour dépôt anormalement massif de projets pour
autorisation de construire eu égard à la structure de leurs cabinets et à
fortiori pour concurrence déloyale et non-exécution de leurs missions telles
que définies par loi 12/90 sur l'Urbanisme», nous a déclaré un membre élu.

Selon une source fiable, les architectes incriminés feront l'objet d'une
enquête visant à faire toute la lumière sur les accusations graves portées
contre eux. Dans un réel soucis d'équité et de présomption d'innocence, le
Conseil de l'Ordre permettra aux architectes incriminés d'apporter l'ensemble
des éléments ou arguments pouvant justifier la masse de projets dont ils sont
les auteurs et dont ils restent donc responsables notamment en terme de suivi
de chantier de par la loi en vigueur. Après instruction, les architectes
défaillants à leur mission et à leur profession, feront alors l'objet d'une
procédure de discipline, telle que définie par la loi 16/89 sur l'exercice
professionnel régissant les architectes, et pouvant aller jusqu'à la radiation
pure et simple du tableau national de l'ordre des architectes.

Le Conseil régional, après cette procédure assez exceptionnelle dans les
annales de la profession dans la région Meknès-Tafilalet, promet de s'attaquer
dans les jours à venir au réseau d'intermédiaires qui rongent la profession
depuis maintenant trop longtemps et qui transparaît dans la médiocre qualité
architecturale et le cadre de vie des citoyens dans les différents quartiers de
nos villes. En effet, beaucoup de plans sont aujourd'hui réalisés en toute
illégalité par des personnes non habilitées et non autorisées à exercer la
profession d'architecte. Ces derniers abusent les citoyens de bonne foi,
trompent les autorités locales dont elles font parfois partie, violent les
droits légaux des architectes, le tout exonéré de toutes taxes ou autres
impôts...

Cette situation scandaleuse doit cesser et les architectes de la région
sont désormais déterminés à la faire cesser avec le soutien des autorités et
collectivités locales dont le rôle est également de veiller au respect des lois
en vigueur.

Hassan BENMAHMOUD

10/23/2014